Institut national des mines
 

Main basse sur l’école

Selon le sociologue Antoine Baby, le temps est venu pour l’école d’exiger de l’entreprise un nouveau partage des responsabilités et des coûts de la formation professionnelle et technique. Dans cette perspective, l’école laisserait à l’entreprise le soin de la formation professionnelle pointue à des métiers en particulier et s’en tiendrait à la formation à des champs de métiers, assurant ainsi ce qu’il appelle une formation professionnelle fondamentale. Cette formation devrait aussi comporter de solides éléments de formation et de culture générales parce qu’elle serait la base de toutes les reconversions et de tous les recyclages auxquels les gens auront à faire face.

Des formations en extraction de minerai à Matagami et Beaucanton cet automne

Le Centre de formation professionnelle de la Baie-James offrira une formation en extraction de minerai à Matagami à compter du 18 septembre et à Beaucanton à compter du 30 octobre. La directrice du centre de formation, Sonia Caron, souligne que la proximité des mines en activité est l'une des raisons qui expliquent le succès de ce programme. Elle estime que la mise en place de cette formation est essentielle pour combler les besoins de main-d'œuvre. Une entrevue complète avec la directrice du centre de formation est disponible sur le site Internet de Radio-Canada.

Aller à l’école… sous terre

Cet article rend compte de la valeur ajoutée du Centre de formation sous-terrain Norcat à Onaping, en Ontario, qui offre aux entreprises technologiques un laboratoire pour tester leurs équipements. Le centre offre également aux étudiants un milieu de formation immersif qui permet de tester des théories. Pour Navita Ramdass, une étudiante en génie minier à l’Université Laurentienne de Sudbury, la combinaison des simulations et du travail sur le terrain lui a permis de mieux comprendre le fonctionnement d’une mine.

La réalité virtuelle pour mieux former aux pratiques de dynamitage

Les bonnes pratiques de dynamitage en milieu sous terrain conduisent à des améliorations en matière de sécurité et de productivité et devraient être au cœur du développement d’une mine. C’est dans cet esprit que la Murray & Roberts Cementation Training Academy près de Carletonville, à l’ouest de Johannesburg, a décidé de bonifier son offre de formation à l’aide de la réalité virtuelle. Grâce à la puissance des ordinateurs et à un écran interactif, il est possible de tester ses habiletés dans un environnement sécuritaire qui enregistre les performances à des fins d’évaluation.

Les attentes technologiques se concrétisent dans l’industrie minière australienne

L’amélioration des conditions de marché dans l’industrie minière a stimulé la demande en équipements technologiques de pointe fabriqués par Sandvik, qui contribue, à l’aide de systèmes comme AutoMine et OptiMine, à pousser le concept de mine numérique encore plus loin. Cet article publié dans Australian Mining rappelle que l’entreprise a déjà lancé plusieurs modèles d’équipement intelligent au cours des dernières années et avance que la tendance est loin de s’essouffler. Selon Riku Pulli, vice-président automatisation chez Sandvik, les équipements deviendront de plus en plus intelligents au cours des prochaines années et le niveau d’automatisation va croître en raison des percées en matière d’intelligence artificielle, d’analyse de données et de technologies de détection.

Congrès annuel de l’Association pour l’enseignement de la science et de la technologie au Québec

Cette activité aura lieu les 12 et 13 octobre 2017 à Saint-Augustin-De-Desmaures. C’est un événement incontournable pour tous les intervenants en enseignement de la science et de la technologie au Québec. Plusieurs questions seront abordées comme la robotique éducative, l’utilisation de capteurs sans fil, les ressources numériques pour les sciences au primaire et l’utilisation des TIC en classe.

 
Logo
© Gouvernement du Québec, 2014